COMPRENDRE

Comprendre l’épargne retraite

S'INFORMER
COMPARER

Encore 3.000 dossiers de retraite en souffrance en Nord-Picardie

Encore 3.000 dossiers de retraite en souffrance en Nord-PicardieEncore 3.000 dossiers de retraite en souffrance en Nord-Picardie

"Nous avions à la fin de novembre 7.132 entrées en jouissancedépassées et aujourd’hui nous sommes à 3.029 EJ dépassées, et fin janvier à 2.400", a indiqué le directeur général de la Carsat de Nord-Picardie, Henry-Pierre Radondy, lors d’une conférence de presse.

Déjà en septembre 2013, la Carsat de Nord-Picardie avait recensé quelque 6.000 dossiers en retard, ce qui prive de revenus des personnes qui ont été en moyenne plus précaires et moins bien payées qu’au niveau national.

"A ces dossiers pour lesquels la Carsat avait l’ensemble des éléments nécessaires, il faut ajouter les dossiers déposés tardivement", au nombre de 2.364 actuellement, parfois déposés dans d’autres régimes, a précisé M. Radondy.

La situation s’explique en partie par le profil particulier des régions concernées où un nombre significatif d’assurés "dépose des demandes de départ à la retraite au titre des carrières longues pour partir dès 60 ans", selon la Carsat.

Le défenseur des Droits, à l’époque Dominique Baudis, avait demandé en janvier 2014 de prendre "toutes les dispositions nécessaires" pour un retour à la normale, et proposé que les bureaux des caisses concernées soient "ponctuellement fermés au public afin que les dossiers en souffrance soient résorbés au plus vite".

La Carsat a pris plusieurs mesures exceptionnelles depuis décembre, dont la mobilisation de six caisses d’autres régions pour traiter en urgence les dossiers, et le paiement immédiat de dossiers sans passer par un contrôle intervenant plus tard.

En outre, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, avait annoncé le 18 décembre une aide exceptionnelle allant jusqu’à 800 euros pour les personnes en grave difficulté financière, qui a pour l’instant concerné quelque 1.275 assurés pour un montant d’environ un million d’euros.

Mais la Carsat compte tout particulièrement sur la liquidation provisoire, en action depuis quelques jours seulement et qui permet de payer les retraités sans attendre que le dossier soit complet.

"Il fallait une action choc", a dit Jean-Baptiste Escudier, directeur de la branche retraite de la Carsat, qui espère en outre "bénéficier d’un effet de baisse démographique sur le premier quadrimestre", reconnaissant que les demandes devraientà nouveau affluer en nombre le reste de 2015.