COMPRENDRE

Comprendre l’épargne retraite

S'INFORMER
COMPARER

La revalorisation des seules retraites modestes très complexe (président Cnav)

La revalorisation des seules retraites modestes très complexe (président Cnav)La revalorisation des seules retraites modestes très complexe (président Cnav)

Il faudra que le gouvernement aiten tête qu’il devra "mettre les moyens dédiés" pour "le dispositif, d"une complexité nouvelle", soit opérationnel d’ici octobre, a déclaré Gérard Rivière lors d’une conférence de presse, les régimes de retraites étant gérés par des caisses différentes.

Après avoir annoncéle gel des retraites jusqu’en octobre 2015, le gouvernement a annoncé lundi que cette non revalorisation ne toucherait que les retraités, tous régimes confondus percevant plus de 1.200 euros (cumul de la retraite de base et despensions complémentaires). Soit 6,5 des 15 millions de retraités.

Le système des retraites repose sur une solidarité intergénérationnelle, les actifs finançant la retraite de leurs aînés. Ce "pacte de confiance" porte sur toute une carrière, "on ne peut pas le remettre en causetous les quatre matins et modifier les annonces au fil de l’humeur", a critiqué le président de la Cnav.

Pour un retraité percevant 900 euros de retraite de base, avec une inflation hypothétique de 0,6%, la revalorisation serait de 5 euros par mois, a pris comme exemple M. Rivière. "Rompre le pacte de confiance pour 5 euros par mois, je pense que c’est mesquin", a-t-il conclu.

Pour ce qui est de la méthode, deux pistes sont possibles.

La première est fiscale. "L’administration fiscale connaît a priori le montant des pensions globales et pourrait donner letop" aux différentes caisses pour revaloriser les retraites en fonction des revenus déclarés, a expliqué Pierre Mayeur, directeur de la Cnav.

Mais "la méthode fiscale n’interviendrait qu’à N+1", soit en octobre 2015, et "donc l’effet d’annonce perd beaucoup de son efficacité", jugeM. Rivière.

L’autre piste serait le répertoire des échanges inter-régimes de retraites (EIRR), déjà utilisé à petite échelle pour la majoration des pensions de reversion ou le minimum contributif. L’élargir à tous les retraités nécessite "un raccordement entre les régimes". La Cnav serait l’opérateur chargé de déterminer le montant global de chaque retraite et d’indiquer aux autres régimes à qui appliquer la revalorisation.