COMPRENDRE

Comprendre l’épargne retraite

S'INFORMER
COMPARER

La sécu des étudiants confiée au régime général dans le prochain budget de la sécu

La sécu des étudiants confiée au régime général dans le prochain budget de la sécu

Pas encore validée, cette feuille de route au Premier ministre Edouard Philippe "détaille le contenu et le calendrier des actions" qu’entend mener la ministre, explique le magazine spécialisé sur son site internet.

Deux des réformes promises par le président Emmanuel Macron pendant sa campagne seraient ainsi traduites dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018, attendu pour l’automne.

Le régime d’assurance maladie des étudiants, actuellement délégué à une dizaine de mutuelles régionales, sera confié au "régime général ou au régime dont l’affilié relevait avant de devenir étudiant", une mesure de simplification censée "améliorer le service" rendu et "dégager des économies".

La LMDE (La Mutuelle des étudiants) est déjà adossée depuis octobre 2015 à l’Assurance maladie pour la couverture de base de ses affiliés.

Très décrié, le RSI sera également adossé au régime général de la Sécu, "dès le 1er janvier 2018". La protection sociale des indépendants continuera cependant "de faire l’objet (...) d’une gestion particulière prenant en compte les spécificités de cette population"tandis que "les implications organisationnelles se déploieront sur plusieurs années", d’après les citations retenues par l’Argus.

Par ailleurs, l’objectif d’un reste à charge zéro en 2022 pour les prothèses dentaires, auditives et les lunettes, promis par M. Macron, doit faire l’objet d’une concertation "dès septembre 2017", selon l’Argus de l’assurance, la feuille de route faisant état d’un "panier de soins indispensables" sans dépassement d’honoraires, de "plafonds de prix", et d’une prise en charge partagée entre la sécu et les complémentaires.

Tiers payant"généralisable" et non plus "généralisé" et modération des dépassements d’honoraires sont également au programme, comme l’adoption d’une stratégie nationale de santé priorisant la prévention d’ici à "la fin de l’automne".

Le tout en respectant un objectif de 15 milliards d’euros d’économies sur cinq ans.

Autre grand chantier, celui des retraites, avec la création d’un régime universel : la ministre souhaite négocier un accord de méthode "dès le printemps 2018" avec les partenaires sociaux, afin de "préparer les textes législatifs" de cette réforme étalée sur dix ans.