COMPRENDRE

Comprendre l’épargne retraite

S'INFORMER
COMPARER

Les médecins hospitaliers tentés par le temps partiel et la retraite anticipée (enquête)

Les médecins hospitaliers tentés par le temps partiel et la retraite anticipée (enquête)Les médecins hospitaliers tentés par le temps partiel et la retraite anticipée (enquête)

Le compte pénibilité permettra aux salariés exposés de se former, travailler à temps partiel ou partir plus tôt à la retraite.

Dix facteurs de pénibilité ont été retenus, dont quatre permettront d’obtenir des points dès 2015 - travail de nuit, travail répétitif, en horaires alternants ou en milieu hyperbare .

Parmi les quatre facteurs, deux concernent particulièrement les médecins hospitaliers : 43% des médecins interrogés estiment être concernés par le travail en équipes alternantes et par le travail atypique de nuit.

10% des répondants estiment travailler plus de 120 nuits par an, selon l’étude.

Les autres facteurs de pénibilité concernent moins de médecins, et le risque varie selon les spécialités : 12% des médecins interrogés se disent exposés au bruit. Il s’agit essentiellement les biologistes, radiologues (IRM), orthopédistes (moteurs scies etc) et ceux qui travaillent au bloc et/ou en réanimation, ainsi que les urgentistes (régulation SAMU, hélicoptère).

Parmi les médecins interrogés, 14% sont exposés à des postures pénibles (chirurgiens au bloc, médecins du Samu ou pédiatres), 14%à l’exposition à des agents chimiques, 11% à la manutention de charge (au bloc opératoire, en radiologie ou dans les Samu), 1,7% aux vibrations mécaniques.

Quant aux compensations prévues par le compte pénibilité, mesure phare de la dernière réforme des retraites, 53 % des médecins interrogés sont intéressés par un temps de travail réduit et 48% par une retraite anticipée. Seulement 14% choisiraient l’option formation-reconversion.

L’enquête a été réalisée en ligne, en octobre, à l’initiative de cinq intersyndicales de praticiens hospitaliers et a recueilli 4.038 réponses.