COMPRENDRE

Comprendre l’épargne retraite

S'INFORMER
COMPARER

Retaites : Gattaz pour un report de l’âge légal

Retaites : Gattaz (Medef) pour un report de l’âge légal :Retaites : Gattaz (Medef) pour un report de l’âge légal :

Pierre Gattaz (Medef) "Regardons ce que font les autres pays. Nous vivons de plus en plus vieux. Le pourcentage d’actifs par rapport aux retraités ne cesse de baisser. C’est un problème mathématique, pas politique", affirme M. Gattaz qui sera officiellement désigné à la tête du Medef le 3 juillet.

"Sur quels paramètres peut-on jouer ? Les cotisations ? Non, il ne faut pas les relever. Les pensions ? Il ne faut pas les baisser ou alors à la marge, par la désindexation. La durée de cotisation peut en revanche être augmentée en passant de 41 à 43 années à l’horizon 2020", affirme-t-il.

"Et, il y a l’âge légal de départ à la retraite, qui peut être repoussé", ajoute M. Gattaz. "Si on ne règle pas ces problèmes-là, que laisse-t-on aux générations futures ?", demande-t-il.

Il précise que la conférence sociale des 20 et 21 juin "sera pilotée pour le Medef par Laurence Parisot et son équipe". "J’aurais préféré que ce rendez-vous s’appelle sommet économique et social" car un "sommet social qui ne prend pas en compte la dimension économique ou la compétitivité me pose un vrai problème".

Il espère qu’à cette conférence on parlera "de compétitivité, d’allégement de la réglementation, des vrais sujets qui préoccupent les patrons".

"Dès le 4 juillet, je rappellerai au gouvernement qu’il faut arrêter de nous asphyxier avec les prélèvements obligatoires et les charges". Pour lui, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi accordé par le gouvernementaux entreprises était "nécessaire, mais pas suffisant".

M. Gattaz estime que pour les entreprises "il y a 50 milliards de trop sur le coût du travail". Il propose de "transférer 25 milliards sur la TVA dont le taux serait graduellement relevé de trois points" et "les 25 autres milliards pourraient être gagnés sur la protection sociale en général, en optimisant la gestion".

Quand à un éventuel relèvement des cotisations de l’assurance-chômage, "c’est la ligne jaune à ne pas franchir", prévient-il.