COMPRENDRE

Comprendre l’épargne retraite

S'INFORMER
COMPARER

Retraites complémentaires : Gel des pensions pour ce 1er avril

Cela n’a rien d’un poisson d’avril, mais il s’agit d’une mesure supplémentaire à celle concernant les pensions de base, un retard de la revalorisation des pensions de 6 mois, faisant mécaniquement économiser 800 millions d’euros à l’Etat. Pour les [a[retraites]a] complémentaires, c’est l’absence d’une [a[inflation]a] suffisant forte qui ferait supprimer la revalorisation du mois d’avril. En dessous de 1% d’inflation, aucune revalorisation n’est prévue.

Un retard de revalorisation des pensions, un gain comptable immédiat pour les caisses de retraitesUn retard de revalorisation des pensions, un gain comptable immédiat pour les caisses de retraites

Retraites complémentaires : Gel des pensions pour ce 1er avril Selon le journal Les Echos, les pensions complémentaires Arrco et Agirc versées aux retraités du secteur privé ne seront pas revalorisées le 1er avril. Cette mesure s’ajoute à celle qui prévoit déjà de ne pas augmenter les pensions de base le 1er avril comme d’habitude mais le 1er octobre. Un gel de six mois qui permet d’économiser 800 millions d’euros.

Ce gel est la conséquence d’un ralentissement de l’inflation et d’un accord conclu l’an dernier entre le patronat et les syndicats visant à combler le déficit des deux régimes Arrco et Agirc. Cet accord prévoit notamment une revalorisation des retraites complémentaires d’un point inférieure à l’inflation en 2014 et en 2015. Sauf que l’inflation est tellement faible cette année que du coup elles ne devraient pas augmenter du tout.

En dessous de 1% d'inflation, aucune revalorisation n'est prévue.

Pensions de base : pas mieux, par de revalorisation avant octobre 2014Pensions de base : pas mieux, par de revalorisation avant octobre 2014

Cette absence de revalorisation des retraites complémentaires s’ajoute à la mesure qui prévoit déjà de ne pas augmenter les pensions de base au 1er avril, comme d’habitude, mais au 1er octobre. Un gel de six mois qui s’inscrit dans la cadre de la réforme des retraites et qui permettra d’économiser 800 millions d’euros. Conséquence, un pouvoir d’achat en baisse cette année pour quinze millions de retraités.