COMPRENDRE

Comprendre l’épargne retraite

S'INFORMER
COMPARER

Retraites : Manifestation à Monaco pour la défense des retraites

Entre 300 et 600 manifestantsà Monaco pour la défense des retraites :Entre 300 et 600 manifestantsà Monaco pour la défense des retraites :

Entre 300 et 600 personnes, selon les estimations de la police et des organisateurs, ont manifesté mercredi à Monaco pour protester contre une réforme du régime des retraites qui devrait être entérinée le 26 septembre par le Conseil national (Parlement).

Fin juin, entre 1.000 et 1.500 salariés du privé avaient bruyamment manifesté dans les rues de Monaco pour défendre leursystème de retraites. Les manifestants étaient essentiellement des travailleurs transfrontaliers français, qui font doubler chaque jour la population de la principauté monégasque.

Cette fois, l’Union des syndicats de Monaco avait appelé à débrayer et à se masser à 14H00 devant lesiège des caisses sociales de retraite. La manifestation a duré un peu plus d’une heure.

La réforme au coeur du conflit est destinée à préserver le régime des retraites jusqu’en 2050. Elle prévoit une augmentation des cotisations patronales et salariales, ainsi qu’une modificationde la méthode d’attribution des points de retraite (qui seront plus difficiles à obtenir, ndlr).

Le Conseil national a négocié le texte de la réforme avec le gouvernement pour parvenir à un consensus avant le vote parlementaire du 26 septembre. Les élus monégasques ont notamment obtenu pour cette réforme une clause de revoyure de sept ans au maximum, ainsi que le principe d’une retraite minimale pour les "très petits" salaires.

Le président du Conseil national, Jean-François Robillon, affirme que des études "très complexes montrent une évolution inquiétante", mettant en péril le système.

L’Union des syndicats de Monaco n’est pourtant guère convaincue et dénonce "des dispositions particulièrement pénalisantes pour les travailleurs".

"Quand on a 1,2 milliard de bas de laine, je ne vois pas pourquoi on a besoin d’une réforme",s’insurge le porte-parole de l’USM, Christophe Glasser. "On va mener une campagne jusqu’au bout, on va faire du bruit", assure-t-il.