COMPRENDRE

Comprendre l’épargne retraite

S'INFORMER
COMPARER

Retraites : réunion de l’ensemble du gouvernement dimanche (entourage Philippe)

Retraites : réunion de l’ensemble du gouvernement dimanche (entourage Philippe)

A quatre jours du lancement d’une grève interprofessionnelle reconductible, "le Premier ministre veut rappeler le sens de la réforme des retraites", notamment "pourquoi il revient d’en finir avec les régimes spéciaux malgré le risque de blocage et sans stigmatiser qui que ce soit", a indiqué l’entourage du chef du gouvernement. Il s’agira aussi de "fixer le calendrier au-delà du 5 décembre".

Laréunion interministérielle, prévue à Matignon dimanche en fin d’après-midi, doit également permettre de "revoir le plan pour limiter au maximum l’impact de la grève pour les Français", en particulier dans les transports, a-t-on précisé de même source.

Auparavant, ce mardi soirà 20H à l’Assemblée, le Premier ministre, la ministre de la Santé Agnès Buzyn et le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye doivent en outre faire la "pédagogie" de la réforme des retraites auprès des députés de la majorité . Ce rendez-vous vise aussi à "débriefer les réactions des corps intermédiaires", indiquent des sources parlementaires.

La journée de mobilisation du 5 décembre suscite interrogations et inquiétudes dans les rangs de la majorité, qui craignent un blocage du pays, a fortiori si le mouvement est amené à durer.

Lancé par les syndicats de la RATP et de la SNCF, l’appel à une grève reconductible contre la réforme des retraites a été rejoint par la CGT, FO, FSU et Solidaires, puis par des organisations d’Air France, d’EDF, d’avocats, de magistrats... Fait rare, les cadres de la CFE-CGC ont appelé àmanifester, et la CFTC a laissé ses syndicats libres de rallier le mouvement.

En réponse, l’exécutif a durci le ton en ciblant les régimes spéciaux, qu’Emmanuel Macron juge "d’un autre époque". Une partition reprise en choeur par Mme Buzyn, qui a pointé "des revendications très corporatistes", et par le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, qui a dénoncé "une mobilisation pour conserver des inégalités".

Depuis lundi matin, et jusqu’à mardi en fin d’après-midi, Édouard Philippe reçoit à Matignon syndicats de salariés et patronat pour discuter de la réforme, sans grand espoir de compromis alors que les relations se sont tendues sur les régimes spéciaux.

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a enjoint au gouvernement de "clarifier les choses" afin "que les grands principes de la réforme soient réaffirmés" avant une mobilisation potentiellement massive et durable. Il a dit s’attendre à "des difficultés" à partir du 5 décembre.

pab-parl/ib/nm