COMPRENDRE

Comprendre l’épargne retraite

S'INFORMER
COMPARER

Retraites : suppression surprise du report de la revalorisation

Retraites : Un couac de plus ! Des députés PS annulent par erreur un article phare de la réformeRetraites : Un couac de plus ! Des députés PS annulent par erreur un article phare de la réforme

Mercredi, juste avant la suspension de la séance de nuit de l’Assemblée nationale, la suppression de l’article 4 de la réforme des retraites, qui prévoit le décalage de six mois de la revalorisation annuelle des pensions de retraite de tous les régimes, était soumise à un vote.

Et contre toute attente, cette mesure phare du projet de loi a bien été supprimée, grâce au concours malheureux de huit députés socialistes qui se sont trompés au moment du vote, faisant pencher la balance du "mauvais côté". Résultat, 44 voix contre 39 et suppression immédiate de l’article 4 du texte de loi.

Le gouvernement a dans la foulée assuré qu’il reviendrait sur cette mesure, qui doit rapporter près de 800 millions d’euros dans les caisses de l’État, en proposant un nouvel amendement ou un nouveau vote.

"Le gouvernement ne peut pas demander un nouveau vote sur une telle question. C’est une mesure phare du projet qui est annulée et nous allons demander demain une suspension des débats sur la réforme eu égard aux conséquences financières du vote", ont déclaré Marc Dolez et André Chassaigne, députés du Front de gauche, opposé à la mesure, tout comme les Verts, l’UMP et l’UDI.

Une erreur fortuite ?Une erreur fortuite ?

Dans les travées de l’Assemblée, nombreux se demandent si cette erreur était bien fortuite, ou si certains députés PS ont voulu envoyer un signal au gouvernement sur une mesure qui divise à gauche, notamment pour les petites retraites.

"Comment pouvez-vous dire que les petites retraites sont épargnées alors que toutes celles et ceux qui sont juste au-dessus du minimum vieillesse n’arrivent pas à payer leurs factures. C’est une mesure injuste et cynique", s’était emporté Marc Dolez pendant les débats.

"Pour la quasi-totalité des retraités, il y aura une baisse du pouvoirs d’achat. Vous faites des économies sur le dos des retraités, c’est une mesure antisociale", avait ajouté l’ancien ministre du travail et député UMP Xavier Bertrand.