COMPRENDRE

Comprendre l’épargne retraite

S'INFORMER
COMPARER

Sécurité sociale : MarisoleTouraine a des "pistes"

Sécurité Sociale : une ministre de la Santé remontéeSécurité Sociale : une ministre de la Santé remontée

En déplacement à Frangy-en-Bresse dimanche, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé a déclaré avoir plusieurs solutions pour faire évoluer le financement de la protection sociale.

"A l’évidence, nous ne pouvons éviter de faire évoluer le financement de notre modèle social, qui pèse aujourd’hui principalement sur le travail", a t-elle insisté.

"Réformer le financement de notre modèle social, c’est aussi faire contribuer d’autres revenus que le travail. On ne peut pas d’un côté expliquer qu’il y a trop de cotisations sur le travail et de l’autre refuser la mise à contribution des revenus du capital", a t-elle ajouté.

"Plusieurs pistes s’offrent à nous et aucune n’est privilégiée. Mais il est normal de se demander si une taxe écologique ne serait pas utile alors que l’impact de l’environnement sur notre santé est chaque jour confirmé", selon elle.

"Il n’est pas anormal que l’industrie pharmaceutique contribue à la politique de santé, alors que les médicaments occupent une place trop importante. Et il n’est pas anormal que l’industrie du tabac contribue elle aussi à notre politique de santé, alors que 73.000 personnes par an meurent à cause du tabac, ce qui coûte 18 milliards d’euros à la Sécurité sociale".

La retraite au centre des préoccupationsLa retraite au centre des préoccupations

Par ailleurs la question des retraites est "un des enjeux importants de l’année qui vient", a-t-elle dit.

Comparant les différences d’espérance de vie entre ouvriers et cadres supérieurs, elle a affirmé : "nous devons faire en sorte que les conditions de départ en retraite ne soient pas les mêmes pour tous. De ce point de vue là, la durée du travail est un critère plus juste que le seul critère de l’âge".

"Je ne suis pas certaine qu’il faille être médecin pour faire tout ce que l’on demande aux médecins. Il y a des infirmières, des kinés, des sages-femmes", a-t-elle souligné, "qui sont pleinement engagées et dont le rôle peut être renforcé".

"Les premières décisions seront prises dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité sociale à l’automne. Je proposerai ensuite que l’on expérimente cette réorganisation dans une oudeux régions pendant un an. Dans le même temps, les études de médecine devront imposer des stages dans les déserts médicaux", a-t-elle dit.